L'art de cultiver la fibre entrepreneuriale

L'art de cultiver la fibre entrepreneuriale

2017-10-23

​L’entrepreneuriat n’a pas d’âge.  Il y a des gens qui ont le feu sacré dès leur enfance et il y en a d’autres qui doivent y être sensibilisés pour que chemine en eux le désir de devenir entrepreneur.  Peu importe la façon dont l’étincelle entrepreneuriale s’installe dans la tête et dans le cœur des individus, le fait d’être en contact avec cette réalité lorsqu’ils sont jeunes peut être l’élément déclencheur de la passion et de la volonté de faire d’une petite idée un projet concret bâti à grands coups d’efforts soutenus et de détermination.


À titre d’exemple, suite à une tempête d’idées que nous avons faite ensemble afin de trouver un projet qui lui ressemblait et qui l’inspirait, ma fille a eu l’audace de participer à la Grande journée des petits entrepreneurs qui a eu lieu au Marché Godefroy en juin dernier.  Elle y a présenté une petite entreprise de création de bijoux qu’elle a mise sur pied pour cet événement.  Considérant que cette initiative était toute indiquée afin qu’elle soit mise en contact avec le monde de l’entrepreneuriat et tout ce que cela implique, nous avons mis l’accent sur chacune des étapes nécessaires à l’élaboration du projet. Elle a travaillé dur et elle a pris le temps de bien faire les choses, en commençant par la recherche d’un logo, tout en passant par la création et la fabrication des bijoux jusqu’à la conception d’emballages à l’effigie de son entreprise.  
 
Ce projet, qui ne devait durer qu’une journée au départ, est toujours en vie puisque des gens ont cru en elle et en sa petite entreprise.  Elle a en effet été invitée à participer à d’autres événements où son artisanat a été mis de l’avant avec celui d’artisans qui roulent leur bosse depuis longtemps. Ainsi, elle a été exposante au Salon des artisans du Marché Godefroy puis à celui organisé dans la municipalité de Saint-Wenceslas. 
 
Petit à petit, l’idée d’entreprendre fait son chemin en elle grâce à ces gens qui font confiance à la relève et qui mettent en place des actions concrètes pour que le feu jaillisse des braises de l’entrepreneuriat qu’ils contribuent à alimenter.
 
Pour avoir été témoin de l’impact que peuvent avoir les initiatives du milieu sur le cheminement de l’idée d’entreprendre chez un enfant, je peux vous affirmer que le fait de leur offrir du support et une visibilité dans leur communauté, proche ou élargie, constitue un incubateur efficace pour la naissance d’entrepreneurs en devenir.  Cela est un complément logique aux différentes initiatives qui naissent dans les écoles ayant à cœur de valoriser l’entrepreneuriat dès le primaire et le secondaire.
 
Croire au potentiel des jeunes, leur faire une place et les inviter à entrer en contact avec l’univers de l’entrepreneuriat font partie des conditions nécessaires à la culture de la fibre entrepreneuriale dans nos communautés qui en ont bien besoin.  Il ne faut jamais sous-estimer la portée de nos gestes et on se doit de croire en l’impact que peuvent avoir nos interventions, si petites soient-elles, dans la vie d’un entrepreneur, jeune ou adulte.  Bravo et merci à ceux qui se donnent la peine de partager leur expérience et d’ouvrir des horizons à ceux qui ont le désir d’explorer les rouages du métier d’entrepreneur; soyez assurés que vous faites une différence.

Geneviève

Beauchemin​

Saint-Grégoire

​Elle est mère de deux enfants de 10 et 12 ans. Elle détient un diplôme d’études collégiales en Techniques administratives, option finances et elle occupe le poste d’adjointe administrative à la SADC de Nicolet-Bécancour depuis un peu plus de deux ans.   Après avoir travaillé près de 15 ans en entreprise privée, elle a fait le choix de poursuivre sa carrière à quelques minutes de la maison dans le but de faciliter la conciliation travail-famille et parce qu’elle aime donner de son temps pour s’impliquer dans les loisirs de ses enfants ainsi que dans ceux de sa communauté. La transition vers un organisme de développement économique qui a à cœur le développement global des communautés allait donc de soi puisque les valeurs véhiculées par l’organisation rejoignent parfaitement les siennes.​​

THÈMES

consultez les
2 autres chroniques
de Geneviève Beauchemin​

VOUS DÉSIREZ

INSPIRER VOTRE
COMMUNAUTÉ ?

Faites partie des chroniqueurs de la SADC,
Contactez Carolyne Aubin, conseillère en développement
durable au 819-233-3315 poste 25.